Affaire RAM : Nous exigeons au nom des électeurs le retrait sans condition ni débat de la taxe RAM, qui est en plus la torture de l’État contre le peuple (Hon Hubert Fuguruta)

Par Diego Kayiba

Se mettant dans sa peau d’élu de Goma, l’honorable Hubert Fuguruta signe est persiste sur la suppression de la taxe RAM, qui n’est pas négociable. Toute forme de conciliabule ne passera que, si elle était pour supprimer définitivement la taxe.

Et si de preuve de détournement se relevaient, nous, députés du peuple, nous appliquerons la procédure parlementaire inscrit ‘e dans notre règlement et sans complaisance comme l’a toujours voulu le Président de la République, qui tient à répondre aux cris de détresse lancé par le peuple, signale honorable Hubert Fuguruta.

Pour rappel, lors de sa prise de parole au cours d’une plénière à l’Assemblée nationale, l’honorable Hubert Fuguruta n’est pas allé par 4 chemins, pour exiger au nom des électeurs le retrait sans condition ni débat de la taxe RAM, qu’il considère comme une torture de l’État contre son peuple, a-t-il déclaré.

Si le RAM peut lutter avec contre la contrefaçon et le vol des appareils, il peut également identifier les utilisateurs, mais dans circonscription de Goma, d’où je suis élu, on kidnappe plus de dizaine d’enfants et d’adultes pour rançonner leurs parents par le téléphone, mais pourquoi le RAM n’arrive pas à localiser ces kidnappeurs et donner ces informations aux services de sécurité ? s’interroge-t-il.

Et de poursuivre, nous sommes l’un des pays d’où la population souffre des prix relevés de la communication, la population est déjà très pauvre, le coût de la vie très élevée avec de nombreuses taxes illégales, a poursuivi l’honorable Hubert Fuguruta.

Et de conclure, au-delà de demander le retrait de la taxe RAM, il demande au bureau de l’Assemblée nationale de diligenter une mission urgente d’audit sans complaisance menée par les députés nationaux sur la destination de ce fonds, nous en avions discuté avec certains Inspecteurs des Finances, cela est restée une lettre morte. Nous exigeons également la réglementation de la facturation de communication, qui est devenue une machine d’escroquerie institutionnelle contre le peuple Congolais. Monsieur, le Ministre KIBASSA doit exprimer sa considération vis-à-vis du peuple, qui est victime du RAM, en démissionnant immédiatement, et le peuple en sera content, a conclu Hubert Fuguruta.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *