Assemblée nationale : Comment est-ce que l’Assemblée peut-elle examiner une pétition teintée de corruption (Geneviève Inagosi)

Par Diego Kayiba

La communauté internationale est prise en témoin devant toute cette catastrophe orchestrée, par ceux qui sont les élus légitimes du peuple congolais, qui sont sensés représenter le peuple et porter leurs appréhensions et leurs problèmes à la nation. Et vous avez vu, vous-même, nous sommes venus sur invitation du bureau de l’Assemblée nationale prendre part à la plénière, nous avons rempli la formalité de signer la liste des présences pour faire constater le quorum, a dit la députée Geneviève Inagosi.

Et nous avons tous assistés avec vous (Journalistes) à la destruction des meubles et tout ce que le bureau utilise pour la plénière par celle qui veut s’appeler la majorité, effectivement comme nous l’avons dit, c’est la majorité de la corruption et fabriquée. Et dire que nous le FCC, nous plus de 300 députés nationaux soudés au tour de notre leader m, c’est ce qui les a incité à déchirer la liste des présences, parce qu’ils ont vu plus de 300 députés FCC, qui ont signés, a déclaré l’honorable Geneviève Inagosi.

de

Qu’est-ce que nous pouvons espérer à ce genre des représentants du peuple ? Et ils sont issus du parti présidentiel, la majorité de ces députés sont de l’UDPS. La seule pétition qui a été déposée, c’est seule du rapporteur adjoint et les autres n’ont pas été déposées. Vous avez vu suivi tout le week-end, comment le Secrétaire Général de l’Assemblée nationale a été enlevé de chez lui et séquestré, amené manu militari à l’Assemblée nationale à 20 heures pour l’obliger à réceptionner la pétition. C’est quelle administration ici en RDC, qui fonctionne jusqu’à cette heure, a-t-elle demandé.


Comment est-ce qu’une Assemblée nationale peut examiner une pétition teintée de corruption, c’est ainsi la présidente de l’Assemblée nationale a saisi le comité des sages parce qu’il y a des soupçons et même de corruption, qui pèsent sur certains de nos collègues à qui, on a remis de l’argent pour signer la pétition contre les membres du Bureau. Cette procédure n’est pas encore à terme et aujourd’hui, on veut qu’on examine cela non, ça ne peut se faire comme ça. Nous, nous sommes bien prêts pour d’autres plénières, mais dans quelle condition, il va falloir qu’on prépare tout ça. Nous, nous attendons d’ailleurs le discours du Chef de l’État, qui va intervenir incessamment avant la de la session parlementaire, a conclu l’honorable Geneviève Inagosi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.