Assemblée Nationale : il n’est accordé aucune faveur à certaines initiatives parlementaires et non à d’autres répond Hon Célestin Musao à Delly sessanga

Par Diego kayiba

Après la déclaration du groupe de 13 personnalités politiques dénonçant l’étouffer de certains projets de lois par l’actuel bureau de l’Assemblée Nationale, la réaction de ce dernier n’a pas tardé pour réfuter à toutes ces accusations par le biais de l’honorable Rapporteur, Célestin Musao, qui déclare ce qui suit :

Notre réaction à l’issue de la sortie médiatique du G13

La sortie médiatique, hier lundi, du groupe politique dit « G13 » auquel font partie plus d’un Collègue Honorable Député national dont les Honorables Delly Sesanga et Claudel Lubaya, a attiré toute notre attention. D’entrée de jeu, nous sommes d’avis que la réflexion et le débat sont permis en démocratie ; c’est dire autrement que parler « Congo d’aujourd’hui et de demain » nous préoccupe au plus haut point. En ce qui concerne la sortie médiatique du « G13 » d’hier lundi, nos regards ont été rivés sur les seuls propos de nos Collègues Députés, singulièrement l’Honorable Delly Sesanga, propos qui nous ont semblé blessants, sinon liberticides à la lumière du règlement intérieur de notre chambre législative.

« Les députés se doivent respect mutuel, courtoisie et solidarité. Le Député a l’obligation de sauvegarder, à tout moment, l’honneur et la dignité de ses fonctions ainsi que l’image de marque de l’Assemblée nationale. Il respecte les lois de la République et observe le code de conduite de l’agent public de l’Etat tel que défini par le Décret-loi numéro 017-2002 du 03 octobre 2002 », fin de citation. C’est l’esprit et la lettre de l’article 121 du règlement intérieur en vigueur de notre chambre basse.

En effet, il nous a semblé choquants certains égarements sémantiques et accusations gratuites susceptibles d’être notés dans la sortie médiatique du G13, précisément les propos de l’Honorable Delly Sesanga du parti Envol.

Le décryptage fidèle de ses propos rendu par le quotidien Forum Des AS, à la page deux et trois, nous révèle une allocution à la forme et au fond qui ne peuvent se passer de nos critiques et de notre recadrage motivé.
Nous pouvons par exemple noter une phrase comme : « Aujourd’hui, Jeanine Mabunda et son bureau doivent comprendre une chose : L’inscription d’une loi à l’agenda de l’Assemblée nationale n’est pas une faveur, mais c’est un droit pour tout député ».

Notre collègue Sesanga aurait : 1) Par respect pour la fonction qu’occupe la Présidente de notre chambre basse, et du genre notamment, veiller au respect mutuel et à la courtoisie dont fait mention l’alinéa 4 de l’article 121 de notre règlement intérieur, en usant d’une simple formule telle que l’Honorable ou carrément Madame la Présidente ;

2) En parlant de « Son bureau », plus d’un congolais et d’un observateur peuvent bien et à raison, s’étonner. Il s’agit, que dis-je, du Bureau de l’Assemblée nationale voté et installé fin avril 2019, par l’Assemblée plénière à laquelle tous les 500 Députés nationaux sont membres dont l’Honorable Sesanga ;

3) S’agissant du contenu de la seule phrase sus-évoquée, il est à noter que nul observateur éclairé n’oublie, d’une part, que c’est l’Assemblée plénière qui amende et adopte à la majorité de ses membres et le Bureau, les matières inscrites au calendrier de la session. Et d’autre part, il n’est accordé aucune faveur à certaines initiatives parlementaires et non à d’autres.

Il y a lieu que nous demeurions francs ! Ce recadrage est nécessaire. L’Assemblée nationale est notre maison commune, il y a lieu que nous préservions son image et celle de ses animateurs que sont non seulement les membres du Bureau mais aussi et surtout tous les 500 Honorables Députés nationaux.

Quant aux aspects liés aux accusations gratuites et/ou procès d’intentions par rapport à l’agenda des activités de cette session ordinaire dite budgétaire, il appartient à l’auguste Assemblée plénière de trancher. Celle-ci le fera lors de l’adoption des matières au calendrier de la session en cours, et chaque fois qu’il sera question d’ajouter une matière selon que l’opportunité l’impose.

Honorable Prof Musao Kalombo Mbuyu Célestin Rapporteur AN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.