Beni : Le CEPADHO sort de son silence après l’attaque des Adf à Malibo

Par Héritier kazadi

Le centre d’étude pour la promotion de la paix,la democratie et les droits de l’homme CEPADHO vient d’apprendre avec indignation de l’embuscade tendue aux civils par les Terroristes de DAECH-RDC (dits ADF/MTM) à MALIBO, environs 17km-ouest d’OICHA (chef-lieu du Territoire de BENI), sur le tronçon routier OICHA-MAMOVE, en Groupement des BATANGI-MBAU, Secteur de BENI-MBAU, au nord-ouest du Territoire de BENI, dans la Province du NORD-KIVU.

Cette affirmation est du vice président du conseil d’administration du CEPADHO, Maitre Omar Kavota,qui indique que l’embuscade survenue vers 14h30 du mercredi 14 avril dernier a occasionné 3 civils tués, 2 blessés, 8 portés disparus et l’incendie d’une voiture en provenance de MAMOVE pour OICHA.

Parmi les morts, une figure emblématique de la Société Civile en Secteur de BENI-MBAU: le nommé KAMBALE KIZITO MUTUMISHI (de la Commission Diocésaine Justice-Paix, de la Paroisse Catholique de MBAU). Ce dernier, propriétaire et conducteur de la voiture incendiée, a été sauvagement tué par les Jihadhistes lorsqu’il a hésité à exécuter leur ordre de pouvoir le suivre. Ceux qui étaient à bord de la voiture avec KIZITO ont tout simplement été amenés avec d’autres paysans, par les assaillants, en destination inconnue.

Les deux autres civils ont été tirés par balles, lors qu’à bord de leur moto, ils ont essayé de dépasser les islamistes en plein action d’embuscade. Ils sont morts sur le coup. Toute fois, une autre moto a réussi à se frayer le passage: deux civils à bord ont échappé de justesse à la fusillade, mais s’en sont tirés grièvement blessés. Ils sont admis à l’Hôpital Général d’OICHA.

Notre organisation note que ce nouveau massacre porte à 23 le nombre des civils tués par les terroristes en l’espace de 2 semaines en Territoire de BENI. Il s’agit d’une là d’une nouvelle action bien calculée de la part de DAECH-RDC.

En effet, le choix du lieu de l’embuscade, soit au moins 2km de la base MONUSCO n’est pas gratuit. Il s’agit du nouveau stratagème des Jihadhistes à raviver la colère et les suspicions de la population contre les Casques bleus, en les rendant complices des massacreurs. Ce qui légitimerait d’avantage les manifestations anti-MONUSCO déclenchées par les Groupes de pression depuis la semaine dernière.

Le CEPADHO qui condamne la cruauté aussi que la ruse des Terroristes actifs en ce lieu, invite les uns et les autres à ne plus tomber dans leur piège. Par ce que, «au tant ils réussissent à nous opposer aux Casques bleus de la MONUSCO maintenant, au tant ils le feront pour nous opposer contre les FARDC et contre toutes les Institutions de la République».

C’est pourquoi, notre structure dénonce ce silence des élus nationaux originaires de cette zone face à cette manœuvre de l’ennemi. L’heure est venue pour qu’ils aident leurs électeurs à comprendre le mode opératoire de l’ennemi auquel nous sommes confrontés. «C’est une question de responsabilité».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *