Beni : Les activités socio-économiques ont été paralysées à Kasindi

Par Guy Aezema

Les activités socio-économiques et douanières sont restées paralysées sur une bonne partie de la journée de ce samedi 06 mars 2021 au poste frontalier de Kasindi en territoire de Beni au Nord-Kivu.

Boutiques, magasins, banques et autres maisons de commerce ont été fermées sur une bonne partie de la journée de ce samedi 06 Mars 2021.

Seules les offices pharmaceutiques et quelle restaurants ont ouvert leurs portes.
C’est faisait suite à l’appel d’un groupe de jeunes leaders locaux 48 heures avant à observer une journée villes-mortes pour dénoncer la persistance dans la région de Beni et particulièrement dans le secteur de Ruwenzori.
Aucune manifestation publique n’a été organisée. C’est spontanément que les gens ont cessé leurs activités.

De l’autre côté,ce sont les commissionnaires en douane réunis au sein de l’association des commissaires congolais Agréés en douane (ACAD) qui ont décrété dès ce samedi leur mouvement de grève illimité pour décrier ce qu’ils qualifient des tracasseries administratives et fiscales orchestrées par les agents de l’Office Congolais du Contrôle (OCC) et la perception des frais non canalisés dans le trésor par les agents de la Convention Nationale de la Prévention Routière (CNPR) auprès des conducteurs des véhicules transportant des marchandises de leurs clients destinés à l’import et l’exportation aux différentes carrefours érigés sur la route nationale n° 4 Beni-Kasindi.

Pour exprimer leur ras-le-bol,ces commissaires en douane ont allumé le feu de révolution devant le bureau de l’Union Nationale des Déclarants en Douane, UNADEDO,le long de l’artère principale.

La Fédération des Entreprises du Congo (FEC) centre de négoce Kasindi dit soutenir ce mouvement de grève des commissaires en douane. Son vice-président, Théophile Kalengya qui s’est livré à la presse locale de Kasindi, a émis le vœu de voir toutes les perceptions des taxes et frais administratifs être destinés dans un guichet unique sur le compte du trésor public.

Pendant ce temps, les initiateurs de la journée villes-mortes menacent d’appeler la population à l’incivisme fiscal si la paix et l’insécurité ne sont pas rétablies dans la région de Beni.

À part les écoles, d’autres activités socio-économiques ont été paralysées.
Notons que certains secteurs économiques ont repris timidement dans la soirée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.