Crise en Centrafrique : Un sommet de la CEEAC s’est tenu par visioconférence, les Chefs d’État décident de nommer un médiateur permanent

Par Diego Kayiba

 

 

À l’instar des 12 autres Chef d’États et de gouvernement de la Communauté Économique des Etats de l’Afrique Centrale ( CEEAC), le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a participé ce samedi, en visioconférence, à la 10ème session extraordinaire de la conférence des Chefs d’État de cette structure sous regionale.

Présidé depuis Brazzaville par son Président en exercice Denis Sassou Nguesso, ce sommet extraordinaire de la CEEAC s’est penché sur la détérioration de la situation politique et sécuritaire en République Centrafricaine à l’aube du scrutin présidentiel et législatif.

À l’issue de cette réunion virtuelle, les Chefs d’État de la CEEAC ont déploré la brusque détérioration et aggravation de la situation politique et sécuritaire en RCA depuis la reprise des attaques des groupes armés contre les cibles étatiques, et la dénonciation par ces derniers de l’accord de paix et de réconciliation signé le 6 fevrier 2019 à Khartum.

Les Chefs d’Etat de la CEEAC ont condamné fermement le recours à la violence armée, la militarisation du combat politique, le trafic des armes, le mercenariat, le non-respect des engagements librement et solennellement pris, les atteintes à l’intégrité de la vie de la population civile ainsi que toutes les formes d’ingérence extérieure.

Conscients que cette situation menace la sécurité et la paix dans la région, l’intégrité territoriale de la RCA, son unité, son existence en tant que État souverain, ainsi que le processus électoral et de consolidation de la démocratie en cours, le sommet extraordinaire de Brazzaville assure le peuple Centrafricaine de la solidarité des autres peuples et États de la région et de l’engagement à leur côté.

Dans leur communiqué final, les Chefs d’Etat de la CEEAC ont décidé conformément à la déclaration de la 28ème session ordinaire de la conférence des Chefs d’État et de gouvernement du 27 novembre 2020, d’établir un cadre permanent de médiation pour une paix durable en RCA, et de nommer un médiateur permanent de la crise Centrafricaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.