Évasion des détenus de la prison de Beni-Kangbayi : Les civils sont devenus ennemis des éléments de l’ordre sur la route Oicha-Beni (Nord-Kivu)

Par Guy Aezema

Sur la route Oicha-Beni et Oicha-Eringeti-Luna, les agents de l’ordre ont été déployés spécialement, pour accentuer la vigilance depuis l’évasion de la prison centrale de Beni-Kangbayi afin de retrouver les fugitifs. À Mavivi par exemple, pas de passage sans pièce d’identité. Il suffit d’avoir une santé médiocre ou une chevelure totalement rasée, pour qu’on soit soupçonné de fugitif de la prison.

En commune d’Oïcha, plusieurs dénonciations ont été faites par les organisations de défense des droits humains par les victimes de tracasserie.

Philippe Bonane de la société civile regrette que, c’est en cours de route les gens sont arrêtés pêle-mêle, ils sont tracassés jusqu’à leur demander de l’argent. Il se pose la question si
c’est en cours de route que ces évadés étaient passés.

Ces actes de barbarie s’observent sur la route Beni-Oicha, Mavivi jusqu’à Eringeti et Beni-Mangina.
Kambale Kikuku Nicolas, bourgmestre d’Oïcha appelle les agents de la sécurité accusés dans cette tracasserie au bon sens.

« À la police, nous avons dit : Qu’on doit travailler correctement. Ce n’est pas dire l’occasion de faire la tracasserie, la police connaît qu’une fois après avoir fait l’investigation, elle doit être consciente, qu’on ne peut pas tracasser la personne qui n’est pas coupable de quelque chose », ajoute-t-il.

Pour rappel, lors de son passage à Oicha, le commissaire provincial adjoint en charge de la police administrative a appelé le commandant PNC du territoire de Beni à renforcer la vigilance, pour retrouver les fugitifs de la prison.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *