Kasaï central: le territoire de Dimbelenge va accueillir un atelier de dialogue et de réconciliation

Par Harnot Muanza

Ennemis hier, devenus amis aujourd’hui ! Paul Kabatusuila Mukadi, chef du groupement de Bakwa Kanyinga 1 et Charles Tshibola, chef du groupement de Bakwa Ndaye dans le territoire de Dimbelenge, se sont engagés samedi 24 avril 2021 dernier à enterrer la hache de guerre entre leurs deux communautés longtemps frappées par un conflit foncier.

Ils l’ont fait savoir dans un protocole de paix signé ce même samedi à l’initiative de la Fondation Kadima avec l’appui financier du Haut Commissariat des Nations-Unies pour les réfugiés (HCR), en présence du Gouverneur intérimaire du Kasaï-Central, du conseil de sécurité provincial, des représentants du système des Nations-Unies, de l’archevêque de Kananga, des organisations locales ainsi que des chefs coutumiers et notables de Dimbelenge.

« Nous nous engageons de nous pardonner mutuellement, publiquement et sincèrement pour tout le mal que nous nous sommes faits. Nous prenons l’engagement solennel au nom des générations présentes et futures de revenir à la situation d’avant 2014( sans conflit) « , peut-on lire dans ce document signé par les deux Chefs protagonistes.

Et de poursuivre : « nous nous engageons en commun accord d’exploiter cette forêt (la cause du conflit) pour les cultures vivrières, la cueillette et la chasse. Nous reconnaissons que la mission Katende est une propriété de l’église catholique, un avreu de paix, une zone de liberté et que toutes les communautés sont autorisées à accéder aux services sociaux de base fournis par celle-ci « .

Sur ce, ces deux chefs de groupement promettent de purifier la forêt Lubala dans le territoire de Dimbelenge pour le sang qui a coulé lors du conflit d’après 2014.

La Fondation Kadima a réitéré son accompagnement à ces deux groupements jusqu’à la consolidation de la paix dans cette contrée.

« J’exhorte aux représentants de ces deux (2) groupements à devenir des chantres et des acteurs de cet accord dans leurs communautés respectives « , a laissé entendre Élie Mulomba Tshitumbu, chef de bureau de la Fondation Kadima.

De son côté, Ali Mahamat, chef de la sous délégation HCR grand Kasaï a également promis son accompagnement à ces communautés jusqu’à la consolidation de la paix, avant de préciser que cet accord est une preuve matérielle pour initier des plaidoyers pour mobiliser des ressources du développement de Dimbelenge.

Ainsi, pour pérenniser les acquis de cette paix, un comité de suivi est mis en place pour veiller à l’application des termes de cet accord de paix.

Ce comité se rendra à Dimbelenge au mois de Mai ensemble avec les chefs de groupement autrefois en conflit et les autres chefs voisins pour pratiquer le rite coutumier de purification de la forêt Lubala.
Nous pensons, avec le soutien des agences soeurs, rétablir les écoles, les centres de santé, faire bénéficier les pistes de desserte agricole afin de relancer l’agriculture dans cette contrée , précise Ali Mahamat.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *