Kasaï Central : Procès meurtre des Experts la Journaliste Française Sonia Rolley était devant la barre

Par Harnot Muanza

La cour militaire de l’ex province du Kasaï Occidental démembrée siégeant en matières pénales et publiques,a invitée hier Sonia Rolley comme renseignante dans le procès de double homicide des experts onusiens.

15 Avril 2021, Près de trois heures, la journaliste française de RFI a fournie des éléments aux préoccupations de la cour sur ses publications et reportages réalisés en rapport avec la mort de deux experts onusiens au village Moyi Musuila en mars 2017.

Un de deux points prévus par la cour pour entendre la renseignante,a été traité à savoir : la conversation avec les experts à l’hôtel woodland et la vidéo sur l’exécution des deux experts.

Sonia Rolley est revenue avec plus de détails sur sa mission et celle des experts onusiens, ses contacts avec eux, les responsabilités des membres du gouvernement ainsi que tous les acteurs impliqués.
A l’en croire, les deux experts étaient venus au Kasaï pour enquêter sur l’existence des fausses communes, caches d’armes, le recrutement d’enfants dans les groupes armés et la situation sanitaire des enfants victimes des violences.

Elle a fait également allusion à la montre de Michael charpe et le ministère public en a profité pour lui poser la question sur ce qu’elle maîtrise de cette montre. En réponse, Sonia Rolley a fait savoir ce qui suit « Michael charpe m’a montré à Goma le fonctionnement de sa montre, c’était une montre avec GPS qui était synchronisée avec son ordinateur et qui permettait de le localiser ».

En outre, Sonia Rolley a également évoquée le stylo qu’utilisait cet enquêteur onusien. Avec des précisions sur les dates et les heures debla commission des faits, la journaliste de RFI a brièvement éclairée la cour: « J’ai eu beaucoup de contacts avec tous ces gens dans le cadre de droit de réponse par rapport à mon enquête.»

La reporter spécialiste est également revenue sur ses conversations avec plusieurs militaires.

La défense de Jean Bosco Mukanda, l’un des prévenus dans ce procès, a voulu savoir d’où Sonia Rolley tirait ses informations. C’est ici que le juge président est vite intervenu pour rappeler au conseil d’avocats que les sources d’information d’un ou d’une journaliste sont protégées car constituant des secrets professionnels.

La cour a renvoyée la prochaine comparution de Sonia Rolley portant sur les relèvements téléphoniques et la vidéo de liquidation des experts à mardi 20 avril 2021 prochain.
Le même jour, est attendue à ce procès Innocente Bakasanseke ministre provinciale du gouvernement lors de la commission des faits.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.