Kinshasa : La Fondation Kayotte Kabika a sensibilisé les femmes dans l’hôpital du Camp lufungula sur le danger du cancer du sein et de l’utérus

Par Diego Kayiba

Les femmes des policiers et leurs filles du camps Lufungula dans la commune de Lingwala ont été sensibilisées sur les risques du cancer du sein et de l’utérus.

C’était a l’initiative de la Fondation Kayotte Kabika Fkk, qui a effectué le week-end dernier à Kinshasa, une descente dans l’hôpital de référence de Camp Lufungula. Au cours de cette cérémonie, la présidente de cette Fondation a encouragé les femmes à se faire dépister afin prévenir cette maladie et assurer une meilleure prise en charge avant que le pire se déclare. Sur ce, Stéphanie Kabika Kayotte la présidente de la Fondation FKK a pris en charge une dame atteinte du cancer de l’utérus toujours à l’hôpital Lufungula, qui, elle a laissé au près du Docteur Francis EBOLA IYAWA.

Et de déclarer, « par rapport à la lutte que nous menons, nous avons souhaité rencontrer le médecin soignant de cette maladie et visiter les malades, qui sont ici. Et voir dans quelle mesure la Fondation FKK peut accompagner les malades, et nous avons amené une dame malade touchée par le cancer de l’utérus, qui, nous avons remis entre les mains du Docteur, et elle sera prise en charge par notre Fondation FKK. En suite, j’ai encore découvert ce que j’ignore grâce au Docteur », a déclaré la présidente de la Fondation FKK Stéphanie KABIKA.

Et de conclure, « j’ai compris l’impact du cancer du sein et de l’utérus, et qu’il faut encore plus de vulgarisation, et de conscientisation des femmes sur ce danger.
J’ai également compris à quel point qu’une personne peut devenir, au cas ou elle a négligé ou n’a pas su se faire dépister à temps.
C’est ainsi j’ai demandé au Docteur Francis EBOLA, de nous accompagner ensemble, nous puissions lutter pour cette cause noble, qui tient la Fondation FKK à cœur », a conclu Stéphanie KABIKA.

Après un échange entre la présidente de la Fondation FKK, Stéphanie KABIKA, la patiente Mamie MBANGALA et le Docteur EBOLA Francis.

Il faut noter que le lieu de traitement devrait être à l’hôpital du Camp LUFUNGULA, mais le Docteur EBOLA Francis, a estimé que compte tenu de la disponibilité des lits à l’hôpital, il a préféré que traitement commence au Centre Marie-Marthe. Il a également signifié que la suite du traitement peut se poursuivre au CAMP LUFUNGULA.
C’est ainsi qu’il a préféré débuter le traitement dans son Centre vu l’urgence sanitaire de la dame.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *