Nord-kivu : L’assassinat par balle du Sheikh Djamali Moussa , c’est un acte des ADF ( CEPADHO)

Par Luc Lukandjila

Le Centre d’Etude pour la Promotion de la Paix et la Démocratie et les Droits de l’homme ( CEPADHO) se dit contesté de l’assassinat par balle la soirée du mardi 18 Mai 2021 du président de la société civile en groupement de Beni-Mbau dans le territoire de Beni au Nord-Kivu, aussi un sheikh de la communauté musulmane, monsieur Djamali Moussa, chez lui à la maison au village Mavivi.

Le CEPADHO, dans son communiqué rendu public et signé par son vice président national, Maitre Omar Kavota pour cette cause , présente ces condoléances à la famille de l’illustre disparu et démontre le pourquoi cet acteur de la société civile est assassiné en pointant du doigt les rebelles ADF comme auteur de ce crime.

« Nous savons pourquoi il a été la cible , il s’est toujours aligné au côté de l’Etat congolais et des l’armée loyaliste (FARDC) pour dénoncer ces tueurs, ces djahadistes. Il mérite d’être honoré par la République pour ses loyaux services à la nation » écrit le CEPADHO.

Cette organisation de défense des droits de l’homme demande l’Etat congolais de sécuriser la population longtemps meurtrie des massacres dans la région de Beni. Il plaide aussi pour la protection des défenseurs des de l’homme par l’Etat congolais.

L’assassinat par balle du Sheikh Djamali Moussa arrive quelques jours seulement après celui du Sheikh Ali Amin, dans une mosquée en pleine ville de Beni.

« Nous savons qu’ils ont beaucoup des noms et beaucoup d’acteurs dans leurs viseur et nous savons qu’à tout moment nous courons le danger.
Il importe que les autorités puissent nous sécuriser  » a -t-il ajouté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.