Prestation de serment des 3 juges : La précipitation qui coûte chère à FATSHI

Par Jean-Vallery Makanda

Contre toute attente de la coalition FCC-CACH ou encore des textes de la constitution, qui disent que les juges de la cour constitutionnelle prêtent serment devant le Chef de l’État, l’Assemblée nationale et le Sénat, le Président de la République, Félix Tshisekedi procède au forcing dans la prestation de serment des 3 juges constitutionnels en ignorant l’institution le parlement.

Visiblement, FATSHI accepte de déclarer la crise institutionnelle entre les institutions Président de la République et le parlement (l’Assemblée nationale et le Sénat) sans tenir compte de la constitution, FATSHI préfère torpiller les textes, qui guident la République. Une cérémonie de haute portée, qui comprend la la présence du Bureau de l’Assemblée nationale et Sénat, des Ambassadeurs du l’UE, l’UA, mais cela s’est fait sans la présence de certains officiels. L’on se demande si on est dans une République de Limete ou Bannière ?

Le respect des textes de la constitution tant prôné par le Chef de l’État, garant de bon fonctionnement des institutions est-il aujourd’hui foulé aux pieds, un constat amer est fait.

La manière dont le Président de la République procède risque de le coûter cher, d’autant plus que le pays est dirigé aujourd’hui, par la coalition FCC-CACH, FATSHI accepte visiblement d’aller en cohabitation, pourtant il sait pertinemment bien qu’il n’a pas la majorité au parlement, aller en cohabitation son pouvoir sera désormais sans fondement ?
On attend voir quelle sera la réponse du FCC son partenaire efficace au pouvoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *