RDC/Culture-Santé : La chanson « Maman Yemo » de Karmapa, quand les gestionnaires de cet hôpital complotent contre l’artiste pour étouffer le mal profond dénoncé

Par Diego kayiba

L’artiste musicien Karmapa dit le principe de la Rumba, s’est distingué depuis un certain temps par ses chansons de dénonciation de certains méfaits, qui engloutissent notre société.
Il marche contre vents et marées, mais cette option contraire à tous les musiciens focalisés sur la musique dite Rumba l’attire pas mal d’ennemis, et lui crée beaucoup d’ennuis.

Cette fois-ci, l’artiste musicien Karmapa a touché le point très sensible, mais jamais on en a parlé ni dénoncé parceque c’était devenu normal.

Il s’agit de la chanson « Maman Yemo » dans laquelle l’artiste a mis à nu des mauvaises pratiques, qui se passent à l’hôpital général de Kinshasa (Maman Yemo) telles que: Pharmapoche, qui signifie: Les médicaments que les médecins et infirmiers de maman yemo vendent, qui ne proviennent pas de la pharmacie, mais de la poche d’un individu, après l’avoir pris chez un autre patient, après son traitement ;
La quinine fabriquée à base du manioc séché, c’est pour dire un médicament non approprié, qui ne réunit pas les normes nécessaires exigées par l’organisation mondiale de la santé (OMS) ;
L’insalubrité grandeur nature, qui caractérise cet hôpital général de référence de Kinshasa, des odeurs nauséabondes envahissent le lieu de cette structure sanitaire ;
Mais également le manque d’un incinérateur, d’où l’on peut brûler les objets sanitaires après leurs utilisations y compris la précarité des conditions des travailleurs et en dehors de l’intervention personnelle de madame Hamida Shatur l’hôpital général de référence de Kinshasa ex maman yemo serait sans groupe électrogène.

Une dénonciation tellement pointue de la part de l’artiste musicien Karmapa, qui a réveillé l’attention des gens, et interpellé la responsabilité des gestionnaires de cet hôpital de renommée nationale, ces derniers ont mal digéré cette vérité, craignant d’être virés par les autorités supérieures, ils complotent contre le musicien Karmapa, en lui faisant des menaces de mort.
Comme cela ne suffisait pas, ils passent cette fois-ci par le canal de censure l’organe habileté d’autoriser ou non une nouvelle chanson d’entrer dans le marché.
Ils ont tout fait pour que cette chanson soit censurée, malheureusement la vérité a déjà éclaté au grand jour.

Avant cette chanson, il a fait des singles tels que « monsieur le député », qui dénonçait la conduite de certains élus tant nationaux que provinciaux, il a mis encore sur le marché musical la chanson « Caligula » qui, elle aussi a mis à nu certains patrons de nos sociétés, qui abusent de leurs travailleuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.