RDC : Dans le cadre de 120ans d’YMCA, Billy Kambale fait une visite d’encouragement et d’appui à la relance et reconstruction de cet établissement des jeunes

Par Diego Kayiba

Le Ministre Billy kambale dans les travaux de rénovation de l’YMCA.
Après un passage très sombre de son histoire, aujourd’hui la principale, la première et la plus vieille institution d’encadrement des jeunes en RDC, qui va bientôt totaliser ses 120 ans d’existence dans le monde et fêter le 20 Novembre prochain son anniversaire en RDC, s’est honorée ce samedi 7 Novembre par la visite du Ministre de la jeunesse et initiation à la nouvelle citoyenneté Billy kambale .

Une visite d’encouragement et d’appui à la relance et reconstruction de cet établissement des jeunes.
YMCA, un véritable Instrument d’appui au programme du gouvernement, pour la jeunesse congolaise en mettant cette fois ci en marche, un cadre idéal et stratégique de redémarrage des activités consacrées essentiellement aux jeunes de la RDC. Fort de sa politique de faire des jeunes congolais futurs cadres et agents de développement de la RDC, Billy KAMBALE a inspecter tout le bâtiment en rénovation, bureaux, installations électriques, toilettes, balcon, restaurant, foyer social des jeunes en passant par les avenues kasavubu, dibaya, du stade, akula et inzia, le patron des jeunes n’a rien laissé qui l’echappe surtout décidé de récupérer tout le patrimoine des jeunes spolié par des tiers.

Grâce à la meilleure collaboration avec le comité exécutif national de l’YMCA, dont le président Jimmy Matulu et le secrétaire général Batty Mundhu .
Ayant donc reconnu l’apport et l’engagement du Ministre, qui ont conduit à cette première touche de rénovation de l’YMCA, pour redonner à cette grande Institution d’encadrement des jeunes sa crédibilité et sa place en Afrique en général et en RDC en particulier, une carte d’honneur a été remis au Ministre, BILLY KAMBALE en sa qualité de premier d’entre tous.

BILLY KAMBALE promet de mener le lobbying à Genève, pour mettre fin à l’embargo de l’YMCA RDC.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *