RDC : Félix Tshisekedi rencontrera au moins une fois par semaine l’IGF, pour l’encourager dans le traçage, la filature, la traque du coulage, du pillage de l’État

Par Diego kayiba

C’est un rêve et un souvenir d’enfance pour le chef de l’Etat. Lorsque le Président de la République découvre Jules Alingeti Key, alors Chef de service de L’IGF, avant sa nomination, il lui rappelle ses années de jeunesse, auprès de son père, sur la mythique rue les Petunuas, à Limete, cette avenue longue de moins de cinq cents mètre.

Quand un certain Kazumba, né Leon Kazumba- Luaula, originaire de l’actuelle Province du Kassai Occidental, alors tout puissant Inspecteur des Finances des années Mobutu, respecté sinon craint, venait rendre visite à son père Etienne Tshisekedi wa Mulumba au domicile familial,  » à moi tout jeune, papa expliquait ce qu’était cet homme en réalité, l’importante charge qu’il occupait dans le pays, dans la bonne marche des Finances publiques « ,  » Je nourrissais un tel fantasme pour cet homme « , ajoute le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo qui certainement a déjà jeté son dévolu sur ce brillant jeune.

Le chef de l’Etat interroge l’homme qu’il reçoit sur ce que l’IGF de ses rêves d’enfance est devenue .  » Où est donc passé l’IGF que j’ai connue? Qu’avez-vous fait de ce grand service de l’Etat ? Moi je ne retrouve plus ce Grand Service que vantait mon père ».

Depuis lors, ce jeune homme de 57 ans, condisciple d’Augustin Matata Ponyo Mapon à l’Unikin en Sciences Économiques, a pour modèle et référence l’immense Kazumba, originaire de l’actuel Kassai Occidental, qui a laissé ses marques à un service resté depuis les années Mobutu intact comme si ce corps de l’élite financière de l’Etat, avait été laissé a l’abandon afin qu’il n’ose pas empêcher de faire tourner en rond le pays.

Désormais Alingeti rencontre au moins une fois chaque semaine le chef de L’État.
Il est l’homme sur qui le Président de la République compte dans le traçage, la filature, la traque du coulage, du pillage de l’État, la normalisation aussi.

Depuis lors cet homme traque les pilleurs.
Il fout une véritable trouille quand il passe et répand la terreur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *