RDC : La question des hydrocarbures doit être une question nationale, car ce secteur peut rapporter des capitaux (Ir Michael Kabongo)

Par Diego Kayiba

Réunissant les hommes et femmes des médias au cours d’une conférence de presse, l’ingénieur pétrolier, Michael Kabongo a réveillé la conscience nationale, toute couche confondue, que nous avons un secteur qui peut venir répondre à beaucoup de défis que nous avons. Et montrer au gouvernement par où il faut commencer, et quels sont les points essentiels qu’il faut prendre en compte, pour lancer une production pétrolière à grande échelle, vu que notre pays pourrait être un plus grand producteur du pétrole au monde, mais malheureusement nous avons constaté une sorte de léthargie pendant plus 6 décennies que nous voulons corriger maintenant, a-t-il dit.

Et de poursuivre, je demande aux médias de relayer ce message, il va falloir que nous puissions nous concentrer sur les questions essentielles. Les élections comment nous allons les financer ? Nous avons besoin de moyens, la vie du Congolais, nous avons besoin des moyens, et moyens se trouvent dans les hydrocarbures, c’est pour ça que nous avons présenté tout ce qui est comme défi, potentielité ou prospectivité dans ce secteur. Et nous invitons chaque couche sociale à prendre cette question à cœur, ça doit être une question nationale, a poursuivi l’ingénieur Michel Kabongo.

Et de déclarer, il faut éviter la division dans toutes les questions dans le pays, nous devons avoir des question nationales dans les quelles il y a ni opposition ni majorité, dans les quelles encore il n’y a pas du tribalisme d’où les Congolais sont unis, afin d’atteindre leurs objectifs, a-t-il déclaré.

Et d’insister, pour booster le secteur des hydrocarbures le gouvernement doit mettre les hydrocarbures au cœur de son action, car ce secteur peut nous apporter les capitaux. Toutes les énergies du Gouvernement doit être dirigées vers les hydrocarbures, qu’on arrête de commencer les histoires à la va vite, il faut créer une bonne cellule qui va s’occuper de la politique sectorielle, parce qu’on a aucune politique, aujourd’hui, personne n’est capable de dire : Dans deux ans on va produire autant d’hydrocarbures dans le pays, a-t-il insisté.

Et d’éclairer, on a plusieurs problèmes dans ce secteur, on n’a pas encore la solution pour organiser tout cela, c’est parce qu’on n’a pas la politique sectorielle, voilà pourquoi j’invite le Gouvernement à mettre en place une cellule technique qui mettra en exécution la politique sectorielle avant qu’on avance, a éclairé l’ingénieur Pétrolier Michael Kabongo.

Et de conclure, cette question est une question nationale, il ne s’agit pas du ministère de tutelle des hydrocarbures, parce qu’il y a aussi le ministère de l’environnement qui entre en dance, donc, c’est une question qui doit prise en compte par le gouvernement. Il y a aussi le Président aussi et la Primature, parce que c’est Président de la République d’impulser la vision, et c’est Premier Ministre de la mettre en danse. C’est comme ça que nous voulons que ça soit une question Gouvernementale, même dans les allocations budgétaires que le ministère des hydrocarbures ait une allocation conséquente, a conclu Michael Kabongo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.