RDC : Mauvais traitement de la presse au parlement, BAHATI et MBOSO ont décidé de chasser les journalistes dans les plénières

Par Jean-Valery Makanda

Depuis la scène désolante et spectaculaire entre les deux députés nationaux en l’occurrence : Le catapulté Président de l’Assemblée nationale MBOSO Nkodia et DELLY SESSANGA, les journalistes qui ont interviewé l’honorable SESSANGA après le manqué d’égard entre les deux élus, d’où il a qualifié MBOSO d’un voyou. Après la diffusion cette interview, la cellule de communication dirigée par un neveu de MBOSO par népotisme, car, il a ni expérience, et il n’est pas membre de la corporation journalistique, qualifie ça d’un péché de lèse-majesté.

Recevant l’ordre venant de MBOSO, exécuté par son neveu, ils ordonnent l’interdiction aux journalistes d’accéder à la plénière de l’Assemblée nationale, sous prétexte qu’ils ne devaient pas diffuser cette interview, comme si ce sont eux, qui sont les rédacteurs en chef de ces journalistes, et leur orienter ce qu’il faut mettre à la porte du public.

À la grande surprise de tous les journalistes qui couvrent le parlement, lors de la plénière du 09 Décembre 2021, BAHATI aussi a ordonné au chef des policiers du Sénat, de chasser les journalistes comme de vulgaires messieurs. On ne veut plus de journalistes au Sénat et à l’Assemblée nationale pour cacher quoi ?

Les Journalistes frustrés par ce comportement de BAHATI et MBOSO dénoncent ce mauvais traitement de la part de ces deux Présidents du Parlement, et pourtant ils ne sont là que pour faire leur travail, bien qu’on les a privé des accréditations, car, pour être accrédités, il faut avoir des affinités avec les gens de la cellule ou être membre de l’AFDC de BAHATI ou CDR de MBOSO.

D’après les règlements intérieurs et de l’Assemblée nationale et du Sénat, les journalistes ont droit de prendre part à la plénière, mais aujourd’hui un gangstérisme et une dictature sans précédente s’installe au parlement, et la presse en est victime.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *