Sankuru : À cause d’une plainte déposée contre la PCR, l’avocat Jean-Pierre Djongakanga a été tabassé par les policiers

Par Harnot Muanza

Selon lui, ces éléments l’auraient tabassé sur ordre de leur commandant. « J’étais victime des plusieurs tortures. C’est au niveau du centre de santé chez maman Angel, que j’ai vu surgir subitement trois policiers avec des propos menaçants sous prétexte que, c’est nous qui avons lutté à faire quitter le document sous menace des blessures graves « , a-t-il dit.

C’est confirmé poursuit-il, que c’est lui qui aurait donné l’ordre encore que même Séraphin (son confrère avocat, Ndlr) était victime de cette même arrestation arbitraire hier le matin.

« Le commandant Georges avait donné l’ordre à ses éléments en collaboration avec le Colonel Kuma Ayobo d’humilier les avocats du cabinet d’avocats Makondjo et Associés partout où vous les verrez », a-t-il conclu.

Contacté par le reporter les médias, Kuma Ayobo, Colonel à Lodja dans la province du Sankuru balaie d’un revers de la main ces allégations de l’avocat, en affirmant que, c’est plutôt l’agent de la police qui a été outragé dans l’exercice de son travail.

Ce n’était pas un problème entre un avocat et la PCR. L’agent avait interpellé un motocycliste, qui transportait un avocat stagiaire. Le conducteur était très civique, il a respecté les instructions de l’agent. C’est l’avocat stagiaire qui a alloué des coups au policier. C’est l’agent qui était outragé dans l’exercice de son travail », a-t-il expliqué.

Kuma Ayobo ajoute que, « nous sommes en face des avocats, qui ne respectent pas les code de la route. Quand on demande aux conducteurs de porter les casques de protection et les masques contre le Coronavirus, ces avocats refusent de respecter. C’est toujours ce même cabinet ( Makondjo et Associés), qui a des problèmes avec toute la police. Je ne sais pas s’il y a une loi imunisant les avocats en la matière ».

Il convient de préciser que la victime est placée dans une structure sanitaire de la place. Son état est critique, et il est en attente de passer à la radiologie. Cet dernier a été agressé le 22 février 2021, à Lodja alors qu’elle rentrait à son domicile, pour récupérer un syllabus de cours afin d’aller enseigner à l’université où il est également assistant.

Accusée d’avoir tabassé à demi mort un avocat, la PCR dément et précise que « c’est l’agent de police, qui a été outragé dans l’exercice de son travail  » (Colonel Kuma)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.