UDPS : Journée des martyrs de la démocratie, la lutte de l’UDPS a connue une persécution, qui a laissé des traces inoubliables

Par Diego kayiba

La journée du 20 Septembre a été choisi par la hiérarchie du parti politique UDPS pour commémorer les martyrs de la démocratie, qui sont tombés en plein champ de bataille.

C’était la toute première fois pour ce parti de célébrer cette journée, dans le discours du président a.i de l’UDPS, Jean Marc KABUND, il a rendu hommage à toutes les victimes des atrocités connues lors du combat, pour obtenir la démocratie, depuis Mobutu jusqu’à Joseph Kabila.

D’après lui, de la même manière que les enfants d’Israël marchèrent dans le désert pendant 40 ans, pour entrer à la terre promise, l’UDPS a marché durant 37 ans les 7 kilomètres, depuis Limete 7ème rue au palais de la nation, un parcours macabre, a éclairé KABUND-a-KABUND.

Le parcours de l’UDPS riche en couleurs et plein de rebondissements, est la preuve indéniable qu’aucun deal politique ne peut prétendre être à la base de l’accession de l’UDPS au pouvoir.
C’est par contre le couronnement de notre combat reposant sur le sacrifice suprême de nos martyrs.

L’accession de l’UDPS au pouvoir, n’est nullement le résultat de la volonté de qui que ce soit, a dit Jean Marc KABUND.

Le seul péché, qu’ils auraient commis, c’est de croire à l’idéal combat de nos pères fondateurs, c’est ainsi certains ont été tués de sang froid et d’autres traqués, comme des gibiers dans la nuit sinistre du lundi 19 au 20 Septembre 2016, où nos combattants ont été sauvagement assassinés, a déclaré le président a.i de l’UDPS.

Alors que la pression exercée par l’opposition sur le pouvoir avec l’UDPS à la tête était forte, l’adversaire ne sachant où mettre ses pieds, se transformant la nuit en bourreau haineux pour abattre nos vaillants combattants, a ajouté, le président a.i Jean Marc KABUND.

Ces crimes ignobles, indescriptibles et imprescriptibles témoignent le manque de l’humanité de la part de ceux-là, qui veulent nous donner des leçons morales, a insisté Jean Marc KABUND.

Tous ces crimes ont été commis pour l’intérêt sordide d’un groupe d’individus.
Cela démontre que la vie d’un être humain, pour ces derniers n’est rien devant ce que procure l’illusion du pouvoir.
Ce n’est pas parce que nous avons une portion du pouvoir, que nous devons croire que notre combat a pris, non, car cela qui ont commis ces crimes sont en face de nous dans la coalition.
Et ces crimes ne doivent pas restés toujours impunis.
La lutte de l’UDPS a connue une persécution, qui a laissé des traces inoubliables, a-t-il conclu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.